Et oui, nous parlons souvent de l’épreuve sportive du GR20, mais très peu des êtres vivants qui vivent, et font vivre ce sentier.

 

LES MAMMIFÈRES

On distingue quatre mammifères très vite repérable :

A muvra : le célèbre mouflon corse. Concentrés dans le massif du Cintu (Haut-Asco, Vallone, Tighjettu), les femelles et les jeunes mouflons descendent s’abreuver lors de la période estivale. Les mâles, qu’on reconnait facilement grâce à leurs longues cornes spiralées, ne se montrent qu’en automne, au moment du rut.

 

U cervu : le cerf, espèce disparue de Corse dans les années 60, victime de la réduction de son habitat et de chasse intensive. Dans les années 90, on réintroduit le cerf Cervus elaphus corsicanus (espèce endémique à la Corse et la Sardaigne), venu de Sardaigne, en bâtissant des enclos de reproduction à Quenza (partie sud de la Corse, vers Bavella). on reconnait le Cervu Corsicanu par sa petite taille et sa ramure simplifiée.

A volpe : les renards ne sont pas aussi peureux que sur le continent (pour la plupart). Vous allez pouvoir en admirer de loin, voire de près ! Une année, ceux-ci aimaient les tentes des randonneurs sur le Col de Vergio, ils y trouvaient de la nourriture pour en faire des provisions ! Depuis que l’hôtelier leur a dit de faire un tour ailleurs, ils restent aux alentours des sentiers du GR20, mais ne vous embêtent plus à votre étape.

 

U cignale : Sur le sentier ou dans votre assiette le soir ! Le sanglier est plus apprécié comme viande que comme compagnon pour l’Homme en randonnée, pourtant il est assez commun en montagne. A ce propos, que faire si vous croisez un sanglier ? Il n’y a, à priori, aucune raison de faire quoique ce soit puisque logiquement, ile ne vous pourchassera pas, sauf s’il se sent menacé;  car il n’attaque que pour se défendre. Contournez votre chemin tranquillement, et tout ira bien !

 

 

LES OISEAUX

– L’accenteur alpin : Rare espèce d’oiseau à vivre en haute altitude (en été), l’accenteur alpin vit en groupe, et  se concentre particulièrement sur les étapes de Ciottulu et Petra Piana. Il ressemble à un gros moineau mais n’a pas son appétit, il viendra souvent picorer vos miettes !

 

A taccula ou le chocard à bec jaune : Ils se posent en sifflant sur les pozzines, et survolent le lac de Melu et Capitellu, au-dessus de la vallée de la Restonica. Ils sont eux aussi, très gourmands, et partagent volontiers votre pique-nique. Un cri plus fort que les autres venant de l’un d’entre eux, et la troupe déguerpit : c’est une alarme pour signaler qu’il y a danger, souvent l’approche d’un aigle royal ou faucon pèlerin dont il est la proie favorite.

 

 

 – L’altore ou le Gypaète barbu : ce grand rapace a beaucoup de points communs avec les vautours, notamment pour son appétit pour les carcasses d’animaux. C’est une espèce mondiale protégée, qui est caractérisé par de longues ailes, une queue longue et cunéiforme, ainsi qu’une tête proéminente.

 

 

 

 

 

PartagezShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Written by corsica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *